Animer la partie en jeu

Que faire quand un joueur se la joue perso ?

Un PJ seul dans son coin

Les joueurs jouent leur perso, en jeu de rôle, c’est la base. Mais parfois, l’un des joueurs voudra toujours, tout le temps, trop tirer la couverture à lui, ce qui peut nuire au plaisir de la table. Peut-être qu’il va toujours faire bande à part, ou bien peut-être qu’il va s’amuser à aller à l’encontre de tous les autres, dans un plaisir un peu égoïste. Comment éviter cela ou tout du moins gérer ce genre de joueur quand on est MJ ?

Méthode 1 : lui donner un but lié aux autres personnages

La méthode la plus « soft » dirons-nous, mais qui peut marcher dans certains cas. Il faut définir un but précis pour chaque personnage. Soit votre jeu intègre déjà une mécanique de ce style, soit il faut l’ajouter en plus des autres mécaniques, et il faut penser à une « récompense » pour les joueurs qui cherchent à atteindre ce but. Une fois cela fait, il ne faut pas laisser les joueurs choisir leurs buts, ou tout du moins il faut s’arranger pour que leurs buts soient liés. Le joueur qui a tendance à jouer perso devra donc écoper au final d’un but qui est fondamentalement lié aux autres personnages et le poussera donc à rester avec eux. Pas un but rattaché à un PNJ ou à un objet, non… un but lié aux autres personnages du style « protéger telle ou telle personne », « faire comprendre à untel que … », ou bien « amener untel à tel endroit ». Cela le contraindra à ne pas faire bande à part et à vouloir rester dans le collectif.

Méthode 2 : respecter l’équité du temps de parole

Thème à la mode en ces temps de campagne électorale, une solution, un peu mécanique certes, mais qui peut également marcher, c’est de veiller au temps de parole et de « scènes » d’un joueur. C’est un peu drastique, mais si le joueur persiste à avoir son personnage « à part » des autres joueurs et à faire donc des groupes séparés, c’est la solution la plus efficace. Il y a 4 joueurs d’un côté et 1 joueur de l’autre ? Dans ce cas, comme chaque joueur a droit au même nombre de minutes de jeu et d’attention, pour 4 minutes passées avec le groupe, le joueur à part a droit à une minute de jeu. Ou tout autre multiple (20 minutes avec le groupe, 5 avec le joueur…). Alors oui, il va trouver le temps long peut-être, mais justement c’est aussi l’un des objectifs de cette méthode. Et quand il viendra vous voir en vous disant « je m’ennuie à ta table », là, vous pouvez sortir les kalachnikov et passer à la…

Méthode 3 : expliquer le problème de joueur à joueur

Certains MJ passeront directement à cette solution, la plus simple et la plus expéditive, même si elle est un peu balourde. C’est un discussion entre quatre yeux, de joueur à joueur, où le MJ va (en privé) expliquer le problème au joueur avec tact et diplomatie. Une conversation, où le MJ expose dans un premier temps son problème (sans stigmatiser le joueur, commencer les phrases par « je » et pas par « tu » : « Quand on est en train de jouer, je trouve ça dommage que ton personnage ne s’intègre pas au groupe. » et non pas : « Tu fais ça à chaque fois c’est insupportable ») et l’impact que cela a sur le jeu. Il faut en profiter pour expliquer que certes il faut jouer son personnage, c’est la base, mais qu’à côté de cela, c’est un jeu collectif, de groupe et qu’il faut donc aussi savoir jouer avec les autres et pas seulement tout seul. Ensuite, le MJ va demander au joueur de trouver des solutions : « Qu’est-ce qu’on peut faire pour changer cette dynamique ? Pour aller plus vers une dynamique de groupe ? ». Et conclure sur donc des actions concrètes pour changer, sur le mode du « on » : il faut réussir à instaurer une connivence avec le joueur, qui s’en sentira valorisé.

 

Cette troisième méthode peut être à double tranchant : il se peut très bien que le joueur se braque et finisse par ne plus vouloir jouer à votre table. Comme on dit, ça passe ou ça casse, mais au moins vous aurez tenté de résoudre le problème. Mais bien souvent, le joueur ne s’était même pas rendu compte du problème et dès qu’il en prend conscience, cela se passe beaucoup mieux.

Bons jeux à tous !

Image ©Yairmor 

Commentaires   

0 #4 Pikathulhu 01-04-2012 12:17
de bons conseils !

mais que faire quand c'est le MJ qui se la joue perso ? :P
Citer
0 #3 yoda 27-03-2012 15:05
Pour moi, la méthode 3 devrait être la première à utiliser, si on est face à un problème récurrent en campagne (ou avec toujours le même joueur quand on fait des one-shot). ça montre qu'on considère le joueur comme un adulte responsable, et qu'on pense qu'il peut changer d'attitude. On peut d'ailleurs appliquer avec lui la méthode 1 ensuite.
Le méthode 1 est également utile pour prévenir ce genre de problème, elle me semble même assez indispensable, car je n'aime guère quand les MJ comptent sur le sens du jeu des joueurs pour aller dans le sens du scénar (la récompense étant elle un bonus optionnel).
La méthode 2 est par contre une parade quand on fait un one-shot et qu'on découvre un tel olubrius dans nos joueurs, ou que le joueur à qui on a bien expliqué qu'il fallait tenir compte des autres est d'accord quand on en parle mais continue comme avant. A ce niveau, les petites vacheries à faire aux joueurs qui adorent tirer la couverture à eux, Dirty MJ en donne quelques-unes...
Citer
0 #2 Kevin Abily \ Rinel\. 27-03-2012 13:23
Salut Fab,

Le plus important pour moi c'est l'équité en termes de temps de jeu, si tout le monde a le même temps de jeu, cela suffira pour que le PJ revienne dans le groupe naturellement.
Ensuite viens les points important pour avoir une synergie avec les autres PNJ, mais cela reviens a ce que le MJ est plus de taf, car c'est à lui de trouver ce qui relie le PJ solo aux autres membres du groupe. En même temps il est toujours plus facile que tout les PJS se connaissent, moins de taf pour le MJ (Ce n’est pas mon avis sur la question)
Mais le Bg de l'édit PJ doit comporter plusieurs portes de sortie pour que le MJ puisse le faire revenir dans le groupe.
Donc si on revient au début, la création du perso en passant par le Bg doit comporter des routes qui emmène le PJ solo à avoir des liens avec un ou plusieurs PJ.
Donc oui un PJ peut se la jouer solo par moment (Histoire perso, quelques action propre, etc. etc.), mais quand le joueur à crée son PJ ( Bg compris), le MJ était présent et conscient que c'était soit une bonne idée, soit une mauvaise.
Tout n'est pas la faute du joueur, le MJ a une part de responsabilité aussi. Il est normale qu’un joueur puisse se la jouer solo, mais en toute état de cause, cela reste sous le contrôle du MJ. Si il prend plus de temps de jeu que les autres, c’est que le MJ le veux bien. Sinon on rentre dans une autre forme de PJ ; l’homme orchestre… mais ceci est un autre débat, que je serais ravis d’expliquer si on m’en fait part (comment faire contre et avec ce genre de personnage).
Citer
0 #1 Genseric 27-03-2012 10:21
Pourquoi ne pas tirer parti - de temps en temps - de cette mauvaise habitude en fournissant au joueur concerné une mission spéciale au sein du groupe ? Peut-être est-il tout indiqué pour jouer l'agent double, qui se retournera contre les autres personnages à la fin de la partie ? Même si ce n'est pas le cas, vous pouvez distiller certains indices en cours de jeu qui laisseraient croire que le personnage franc-tireur est un espion ou ne joue pas le même jeu que les autres. Il aura alors fort à faire pour regagner la confiance du groupe et cela lui sera sans doute une leçon profitable.
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir