Faire le suivi de la campagne

Quel est le décompte bus de votre campagne ?

Le décompte bus de votre campagne

Cette semaine, je vous invite à vous pencher sur un facteur qui créé la paralysie dans de nombreuses campagnes et à examiner votre campagne à l’aide du concept de « décompte bus ».

Une des causes d’arrêt de campagne… ou de stagnation

Ce qui cause la mort ou tout du moins la mise en stand by de certaines campagnes, ce sont les absences des joueurs. Enfin, pas tant les absences des joueurs individuellement, mais plutôt la difficulté de réunir tout le groupe en même temps. Ou bien, pire encore, l’absence de tel PJ critique à l’intrigue, qui malheureusement n’est pas disponible le seul soir où tout le monde peut être là ! Peu importe que vous jouiez en club ou hors club, je pense que beaucoup de rôlistes doivent connaître ces situations où soit il manque des joueurs pour lancer une partie sérieuse ou bien, il manque « LE » personnage dont on a besoin pour jouer lors de cette séance pour faire avancer la campagne. Plutôt que de simplement dire « prévoyez votre campagne de manière à ce qu’aucun PJ ne soit indispensable » (ce qui reste vrai, mais est plus facile à dire qu’à faire), je vous propose de faire ce qu’on appelle le « décompte bus » de votre campagne.

Se poser la question du bus

Le décompte bus, « bus count » comme le disent avec élégance nos amis anglophones, c’est un terme utilisé dans les sociétés de développement informatique, qui est en fait le nombre de personnes qui peuvent se faire écraser par un bus sans que le fonctionnement de l’entreprise ne soit affecté. Typiquement, si un seul programmeur maîtrise tout le code du programme, et si ce programmeur venait à avoir un accident/tomber malade/démissionner/… on comprend bien que l’entreprise sera en difficulté, surtout si elle est en phase de démarrage.

Tout bêtement, c’est un peu la même chose dans la campagne de jeu de rôle. Le meneur devrait pouvoir se demander quel est le décompte « bus » de sa campagne : combien de personnages (ou même de joueurs) peut-on se permettre de perdre sans que le bon déroulement de la campagne ne soit affecté ? Si tous les personnages (et donc tous les joueurs) sont archi indispensables, alors votre campagne court droit dans le mur puisqu’à un moment ou un autre vos joueurs (ne se feront pas écraser par un bus espérons-le) finiront par s’absenter temporairement ou de façon définitive (déménagement, vie de famille…). Un meneur un peu prévoyant, ou tout simplement qui souhaite mener la campagne à son terme, devrait donc essayer de faire en sorte qu’il ait un décompte bus le plus elevé possible : dans l’absolu, il devrait être possible de faire avancer la campagne même si quasiment tous les joueurs sont absents, ou s’ils perdent quasiment tous leurs personnages.

Traitement par l’exemple : si vous avez 5 PJ dans votre campagne et qu’il vous faut que tous soient présents systématiquement, votre décompte bus est de 0 : personne ne peut disparaître sans affecter le déroulement de la campagne. Situation dangereuse pour la pérennité de la campagne. Si vous avez 5PJ et que vous pouvez vous passer de tous sauf 1 ou 2 PJs vraiment piliers alors vous avez un décompte bus de 3 ou 4, c’est déjà un peu mieux. L’idéal étant de pouvoir faire monter le ratio à 5/5, en faisant en sorte d’avoir des intrigues qui tournent autour de chacun des personnages (et non autour d’un seul) ou bien en ayant des moyens de faire en sorte que si un personnage clef vient à mourir en cours de jeu, les autres ou les nouveaux personnages pourront reprendre le flambeau.

 

Et vous, quel est le décompte bus de votre campagne ? Combien de PJs peuvent quitter le jeu sans que celui-ci ne l’affecte ?

Bon jeu à tous !

Commentaires   

0 #23 Héras 21-11-2016 15:37
Citation en provenance du commentaire précédent de DKT :
Sujet intéressant comme bien d'autres ^^
Je me tate pour sévir mais bon...
Parce que ouvrir le débat, discuter, expliquer, etc. C'est fait, fait et refait.


J'imagine que depuis 2014 tu n'as plus ce problème. Mais s'il est lié aux joueurs, il y a des solutions :
- Les laisser s'entretuer, mais risquer une tension meta-jeu.
- Leur donner un ennemi et un but commun. Là ils s'embrouillent, mais dans l'adversité ils pourraient bien être obligés de se réunir. Si leurs vies personnelles ou leurs intérêts respectifs sont attaqués par un même ennemi, ils pourraient bien finir par collaborer, et ça peut constituer un arc parallèle à la campagne.
- Sanctionner, mais toujours RP. Leur offrir une situation parfaite pour se prendre la gueule, la carotte, et sortir le bâton quand ils ne peuvent plus reculer, du style "Le suzerain se pointe et vous fout tous les deux au cachot jusqu'à ce que vous ayez réglé vos comptes"
Citer
0 #22 DKT 02-04-2014 21:34
Sujet intéressant comme bien d'autres ^^

Alors je suis hyper d'accord avec Olivier et partage carrément son désarroi. Comment faire sortir les doigts du c** aux joueurs "économes" ou "touristes"? Voilà un autre sujet. Leur donner de l'amour, les mettre en valeur, pas de problème, mais les joueurs inconséquents ont la mémoire courte...

J'interviens dans ce sujet car j'ai à l'instant même un cas intéressant de Bus Count ou d'implications.

J'ai deux joueurs qui ont des PJs virils (comprenez Guerrier et Chevalier). Ils se chicorent régulièrement et cela met une ambiance de merde à table et paralyse le jeu et l'histoire. Il se trouve qu'ils vont jouer la prochaine séance rien que tout les deux et je leur ai donc demandé de profiter de l'occasion pour "avancer", voir leur personnage s'expliquer d'hommes à hommes. Un est partant pour le faire mais l'autre ne veut pas et préfères rester sur un statu quo. De fait, s'il ne veulent rien faire, je m'expose à ce que leur accrochage reprenne prochainement et ce sera évidemment au moment où il ne faut pas, bien sur...

Je me tate pour sévir mais bon...
Parce que ouvrir le débat, discuter, expliquer, etc. C'est fait, fait et refait.
Citer
0 #21 Footbridge 22-07-2011 03:08
Ton commentaire est très intéressant et pour moi cela évoque deux pistes :

- La première c'est celle de l'implication. Si les joueurs ne sont pas impliqués ou pas concernés (les "touristes") alors on peut revoir l'implication : en créant des intrigues centrées autour de ces personnages, ils seront "obligés" de s'impliquer un peu plus et de réagir.

- La seconde c'est celle du contrat social et des attentes, comme tu l'évoques. Si malgré les tentatives d'implication et de récompense, ça ne fonctionne pas, il faut effectivement ouvrir la discussion hors jeu sur les différentes attentes de part et d'autre de l'écran et voir comment on peut les concilier.
Citer
0 #20 olivier 14-07-2011 18:36
Dans mon cas, les joueurs effacés le sont volontairement. C'est là que le bât blesse ! :sad:
Citer
0 #19 olivier 14-07-2011 18:33
En fait, je me suis mal exprimé. Quand j'écris que certains joueurs "sont un peu les locomotives du groupe", c'est parce qu'ils sont les seuls à s'intéresser à la partie, à l'univers que je décris et à leur propres personnage.

Tandis que les autres joueurs sont ce que j'appelle des "touristes" : ils viennent à la partie avec très peu de préparation voire pas du tout, mettent les pieds sous la table et leur investissement s'arrête souvent à leur seule présence à la table. Du coup, ils ne prennent aucune initiative et ne s'intéressent que vaguement à l'intrigue. Ils ne prennent pas de note, n'écoutent que d'une oreille ce que je leur dis, oublient tout à la session suivante. Bref, tout ce qu'ils veulent, c'est "s'amuser", tuer des monstres, lancer des vannes et ne pas se prendre la tête.

OK. C'est une façon comme une autre de concevoir le JDR, mais elle ne me convient pas. Comment faire avancer une intrigue, permettre aux joueurs de démasquer le grand vilain qui complote pour renverser le trône quand on a en face de soi des joueurs qui ne savent même pas dans quel royaume se trouvent leurs personnages ou bien ne sont pas capables de se rappeler le nom du roi ???

C'est en ce sens que je me suis permis d'intervenir. Mon problème n'est pas le nombre de joueurs présents ou absents, mais la qualité des joueurs présents lors de ma session. Si ce sont des touristes, ma campagne ne va pas avancer. Mais alors, pas du tout.

Autre solution : m'adapter à ces joueurs et les parties seront toujours les mêmes : tuer des monstres, avancer, tuer d'autres monstres, avancer encore...

Du coups, je réalise que j'aborde là un autre problème qui est différent de celui du décompte bus. :Pinch:
Citer
0 #18 yoda 04-07-2011 12:11
C'est assez classique en effet d'avoir des joueurs un peu plus leaders et d'autres plus effacés. Parfois, les joueurs plus effacés le sont volontairement, mais c'est assez rare, la plupart du temps c'est un problème de timidité ou de manque d'assurance, ce sont des joueurs qui ne prennent la parole que quand ils sont sûrs d'être écoutés et ne sont pas interrompus.

Donner plus d'importance aux joueurs qui se mettent d'eux-même en avant en n'envisageant pas la partie s'ils sont absents, c'est peut-être un mauvais calcul. En maintenant les parties sans ces joueurs, on donne aux autres l'opportunité (et un peu l'obligation) de prendre des initiatives et de révéler leurs talents sans se sentir écrasés par les "chouchous du MJ"...
Enfin c'est aussi à débriefer avec eux, est-ce que ça leur a plu de pouvoir agir un peu plus, ou est-ce que ça leur est paru comme une corvée ?
Citer
0 #17 Footbridge 04-07-2011 11:25
Salut Olivier,

C'est un problème que l'on rencontre partout et pas uniquement dans le jeu de rôle : dans tout groupe de personnes, certaines vont prendre une position de "leader". Ce qui n'est pas forcément un problème à proprement parler.

Là où cela peut devenir gênant, c'est si cela étouffe les autres joueurs au point qu'ils s'ennuient et ne font pas grand chose autour de la table. Dans ce cas il faut agir pour que les autres joueurs puissent jouer.

Par exemple tu peux utiliser des intrigues centrées autour des personnages (et en donner une à chaque joueur). Tu peux aussi utiliser des systèmes de déclaration d'intention en faisant des tours de table, en donnant successivement la parole à tout le monde.

Ou bien, tu peux donner aux joueurs "leaders" des roles secondaires (en leur en ayant parlé avant bien sûr) et ils devront alors aider les joueurs plus timides à se mettre en avant.
Citer
0 #16 olivier 03-07-2011 18:15
En ce qui me concerne, ce n'est pas le nombre de joueurs qui va me poser problème mais plutôt leur qualité.

Certains joueurs font du très bon Role-play et du coup, j'envisage mal la partie s'ils ne sont pas là, parce que ce sont un peu les locomotives du groupe. Au sens littéral du terme ! Ce sont des joueurs qui entraînent les autres et prennent des initiatives pour tout le groupe. :s

Avez-vous, vous aussi, ce genre de problèmes durant vos parties ? :sad:
Citer
0 #15 Footbridge 21-06-2011 14:47
Confier à un PJ absent c'est une option.

Ce que j'aime bien faire aussi c'est garder les fiches des PJs ou bien des copies de celles-ci pour pouvoir faire jouer n'importe quel perso, joueur présent ou non.
Citer
0 #14 Footbridge 21-06-2011 14:45
Je suis d'accord avec toi sur le character centered. Effectivement s'il y a un TPK dans une campagne centrée sur les personnages, ça veut dire la fin de la campagne... d'où l'intérêt d'essayer d'éviter ce genre de situations.

L'idée c'est à la fois de voir si les persos disparaissent et si les joueurs sont absents. Ce n'est pas la même problématique certes, mais justement en jouant character centered, si les intrigues tournent bien autour de TOUS les personnages, quelque soient les joueurs présents on devrait avoir matière à jouer.
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir