Préparation du scénario

3 clés pour un scenario apocalyptique

Fin du monde 

Mettre en scène la fin du monde dans votre univers de jeu... voilà un thème dans l'ère du temps non ? A l'occasion d'un scénario spécial "dernier calendrier" écrit pour le jeu de rôle Teocali, voici quelques recettes que l'on peut appliquer, que ce soit pour mettre en scène une fin du monde définitive et irrémédiable, ou bien quelque chose de temporaire qui pourra vous permettre de reprendre ensuite le cours normal de votre campagne.

Première clé : présages et menaces

Le premier élément à intégrer pour bien amener l'idée d'apocalypse est celle du présage (la "prédiction" ou prophétie ancienne et annoncé qui sera sur le point de se réaliser, correspondant à une date ou à un événement bien précis) et de la menace (ce qui se passera une fois atteinte la date fatidique et les conséquences que cela aura). Le présage peut être lié à un objet particulier (calendrier, code, prédiction) ou bien être rattachée à une ancienne légende. Il faudra décider du niveau d'information sur cette prédiction. Est-ce une légende connue et redoutée de tous, surtout des plus superstitieux ? Ou bien est-ce quelque chose dont absolument personne n'est au courant, à part vos PJ en début de scénario quand ils découvriront le support du présage ? Cette décision impactera plusieurs éléments du scénario : si la menace est connue, on peut imaginer des réactions des PNJ de l'univers parfois complètement irrationnelle. Par contre si seuls quelques initiés sont au courant, dont les PJs, ces derniers pourront être pris pour des fous, ou subir l'incrédulité générale.  On peut aussi imaginer que le scénario peut être complexifié en ajoutant des factions, également au courant de l'arrivée de la fin. Certaines pourront être pour faire arriver plus rapidement cette fin (et donc être des adversaires des PJs, dans le cas où ces derniers vont être en charge d'empêcher l'inévitable), d'autres pourront être opposés à l'arrivée de l'apocalypse et donc potentiellement alliés des PJs, même si des différences de méthode peuvent aussi compliquer les relations entre les PJs et cette faction. La première partie du scénario devrait être consacrée à la découverte de ce présage et surtout à la découverte de l'information la plus importante : cette menace peut-elle être empêchée ? Cela déterminera la suite du scénario.

Deuxième clé : la course contre la montre 

Le coeur du scénario apocalyptique peut alors se transformer en une course contre la montre, dont l'objet dépendra du choix de la menace. La menace peut-elle être arrêtée ou non ? Si c'est le cas, le scénario est clairement axé aventure, à l'inverse si ce n'est pas le cas, alors c'est la fatalité qui l'emporte, une vision beaucoup plus sombre. Tout dépend de votre jeu, de votre univers et de votre groupe. Si la "mission" des personnages consiste à empêcher l'inévitable, alors la course contre la montre consistera à accomplir les différentes "étapes" nécessaires pour arrêter le processus à venir : ce peut être retrouver un objet, éliminer une créature ou un culte, aller dans tel lieu, ou encore une combinaison de tout ceci. Si la fin ne peut être stoppée, alors la tache des PJs pourra être beaucoup plus prenante : il leur faudra par exemple s'organiser pour sauver ce qui peut l'être. Peut être l'humanité doit-elle quitter tel pays ou telle planète, mais les places sont limitées : comment choisir ? Les dilemmes peuvent devenir très intéressants, surtout si le temps pour décider est limité. Quelque soit l'objet du scénario, le meneur peut utiliser de 2 astuces pour dynamiser le scénario. D'une part l'accomplissement de présages successifs, qui font monter la pression et montrent l'approche inéluctable de la chute : animaux en furie, tempêtes, eclipses... tout peut être vu comme un présage, de même que la folie qui peut s'emparer des habitants de l'univers à l'approche de la fin. D'autre part, le meneur devrait définir un calendrier des évènements conduisant à la fin et l'ajuster en dynamique lors de la partie : en tenant un décompte exact du temps fictif (qui peut aussi se jouer en contre la montre avec le temps réel, pour mettre encore plus de pression aux joueurs), le meneur peut laisser aux PJs la chance d'empêcher la fin (s'ils sont assez rapides) ou leur imposer de gérer les conséquences du temps qu'ils ont pu perdre.

Troisième clé : enchaîner après la fin

Il y a plusieurs options possibles pour continuer sa campagne après avoir mis en scène la fin du monde. Cela dépendra bien sûr du mode de jeu choisi et des actes des PJs, mais il est tout à fait possible de gérer les conséquences d'un scénario "apocalyptique". Une manière intéressante de jouer peut être de passer en mode "post-apo" sur l'univers de jeu. L'option est intéressante, mais demande tout de même pas mal de travail de la part du meneur pour imaginer ce qui a pu changer et évoluer dans l'univers de jeu. Pas toujours évident de faire cet effort, surtout avec un univers canonique publié. L'autre possibilité est de prévoir une "reconstruction" possible (surtout si les PJs ont pu empêcher au moins une partie de la catastrophe) : après quelques mois, le monde redevient tel qu'il est ensuite et la vie reprend son cours. Un peu bisounours certes, mais bien amené, cela peut rester crédible. Il est également toujours possible de faire appel à une astuce scénaristique. Attention, on parle là de "grosses" ficelles donc il ne faut pas que cela sorte du chapeau et il faut que cela soit relativement annoncé. Ainsi on peut imaginer un rêve ou une hallucination collective : une fois le monde détruit, les PJs se réveillent, et se rendent compte qu'ils ont partagé un rêve. L'autre option est celle du retour dans le temps. Le monde a été dévasté, mais les PJs ont tout de même une chance de revenir dans le passé pour tout éviter. Ils peuvent alors revenir et tout refaire à zéro. Cela peut amener d'autres idées de scénario...

Et vous, vous détruisez quand votre univers de campagne ?

Bons jeux à tous ! 

Image Copyright Frenchfox 

Commentaires   

0 #2 NomTest PrénomTest 30-12-2012 17:56
Un peu comme dans Achéron sur l'explication du scénario ?
Citer
0 #1 Alias 17-12-2012 09:00
Je crois que même les scénaristes de série japonaise ont mis un moratoire sur les prophéties. Personnellement, je trouve que c'est un des clichés les plus pénibles de la littérature fantastique.

Par contre, un truc avec lequel jouer, ce sont les prophéties autoréalisatrices: c'est la fin du monde parce que suffisamment de gens croient que ça va être la fin du monde...
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir